COMMENT FAIRE POUR LES RUNNERS EN HIVER.

Publié le

COURIR EN HIVER

 

 
Quelques conseils running pour bien courir en hiver aujourd’hui. Car, courir dans le froid ce n’est pas aussi compliqué qu’on peut l’imaginer ! Et puis c’est un impératif pour qui veut progresser en course à pied. Le running est un sport où régularité et progressivité sont des fondamentaux, l’hiver doit donc faire partie intégrante de la saison sportive. Soyons clairs, l’hiver n’est pas la saison la plus agréable pour courir ! Mais puisqu’on doit s’y faire, je vais vous montrer qu’en respectant quelques règles, on peut réussir à oublier le froid et à se faire plaisir en courant, même avec des températures négatives !

Comment peut-on courir dans le froid ?

Là est le cœur du problème. On peut courir dans à peu près toutes les conditions si on a un équipement running adapté aux conditions que l’on va rencontrer. Tiens regardez, il y a même un marathon du Pôle Nord ! Ok c’est un peu extrême. Mais c’est possible ! Je vis au Québec depuis 2 ans, les hivers y sont rudes et pourtant, je n’ai pas arrêté de courir l’hiver dernier, loin de là. Si mes séances intenses se faisaient sur tapis de course, courir dans le froid ne me faisait pas peur pour toute la partie développement de l’endurance fondamentale. J’y ai même pris beaucoup de plaisir au final et j’explose mes records personnels au Printemps !

 

Penser aux zones stratégiques pour courir dans la froid

Une fois que la sensation de froid est installée, difficile de s’en débarrasser et la sortie running hivernale peut devenir désagréable. Savez-vous que le froid touche d’abord les extrémités ? Le froid diminue l’afflux sanguin dans les extrémités et l’afflux sanguin permet de réchauffer les extrémités. Vous voyez le cercle vicieux ? Mieux vaut les protéger à tout prix, ça réglera bien des soucis avec le froid et rendra le fait de courir en hiver bien plus facile !

– La tête : La déperdition de chaleur se fait principalement par la tête (environ 30% de la perte de chaleur totale !) donc l’hiver c’est bandeau ou bonnet obligatoire .

– Les mains : Avoir les mains gelées en courant fait partie de ces choses vraiment très désagréables. Avoir des gants, et des bons, est donc un impératif– Les pieds : Ne pas oublier les pieds, une bonne paire de chaussettes peut parfois vous épargner les ennuis ! Là encore, il y a des basiques qui peuvent éviter les problèmes. J’utilise aussi des paires de chaussettes spécifiques au trail! Une autre bonne option pour vos pieds lorsque vous avez à courir dans la neige ou dans la gadoue, une paire de chaussure de trail Gore-Tex

 

 

 

 

Courir en hiver avec la technique des trois couches

OK vous avez désormais les basiques pour éviter de perdre bêtement votre chaleur corporelle. Mais le reste du corps doit bien-sûr être lui aussi au cœur de votre attention pour pourvoir courir en hiver tout en profitant. Et pour le corps, l’équipement pour courir dans le froid repose sur la technique des trois couches. Pourquoi trois couches et pas deux ? Car avec trois couches, on a deux zones « tampon » entre les couches de vêtements qui vont permettre d’isoler le corps de l’air froid. Ces zones tampons vont contenir de l’air que vous aurez chauffé avec votre effort. Et comme pour les fenêtres, l’air est un des meilleurs isolants qu’il soit. Donc porter trois couches, c’est un peu comme porter une fenêtre triple vitrage sur soi !

– Première couche : Vêtement seconde peau. On va ici chercher un vêtement technique moulant pour garder la chaleur au plus prêt du corps. Lorsqu’il fait légèrement froid, on peut opter pour une seconde peau classique,

– Seconde couche : Vêtement isolant. Ici, la logique voudrait que je vous indique d’opter pour un vêtement isolant du type Craft, que je porte sur la photo ci-dessus. Je n’en ferai rien. Autant je trouve que l’on peut à peu prêt tous se retrouver dans le choix d’une première couche, autant c’est beaucoup plus complexe pour celles-ci. N’étant pas très frileux, je me contente souvent d’un T-shirt respirant que j’utilise en première couche au Printemps venu. Certains auront plutôt besoin d’une deuxième couche doublée de polaire pour un effet thermique important. chacun est différent, chaque région a des conditions climatiques différentes, ne cherchons pas à rentrer dans un moule, choisissons ce qui convions le mieux à notre besoin !

– Troisième couche : Veste de protection contre les éléments. Courir en hiver c’est souvent accompagné de pluie ou de neige, l’idéal est donc d’avoir une veste imperméable. Et pour le vent, une veste de type windstopper est un plus… Certaines combinent ces deux éléments. L’important est d’en avoir une, de bien vous sentir dedans et encore une fois d’avoir une veste qui correspond à votre profil de coureur et aux conditions que vous rencontrez le plus souvent chez vous

Les conditions sont terribles ? La technique des trois couches peut-être transformée en ce qu’on appelle la technique de l’oignon en ajoutant des couches intermédiaires supplémentaires pour isoler encore plus votre corps de l’air extérieur.

 

Et le bas alors ?

Concernant l’équipement pour le bas du corps, je suis assez minimaliste. Ce n’est en général pas aux jambes que j’ai froid .

Pour ceux qui en veulent plus car ils ont froid en collant, il y a beaucoup de choix dans les collants chauds, toutes les marques en fond, de quoi trouver son bonheur.

Courir en hiver oui, mais bien équipé

Lire les autres actualités ...